24.12.07

Joyeux Noêl

BON NATALE A TUTTI

BONE FESTE

PACE E SALUTE

Philippe

4.11.07

Chez les Maurizzi -août 2007

Pace e salute a tutti,

Merci à Jeannot et à sa famille pour ce petit-déjeuner, partagé sur votre magnifique terrasse





Appéritif Ortiais chez les Maurizzi



A prestu
Philippe

14.10.07

SITE ANIMA CORSA

Bonjour à tous,

Je découvre à l'instant par hasard en me balladant sur le web le magnifique site de Ghjacumu Bonicardo "Anima Corsa" dédié à son village de Bonicardo.

Je vous conseille vivement de vous plonger dans les superbes pages de ce site en tout point remarquable.

Je ne connaîs pas Ghjacumu, cela ne m'empêche pas de le felliciter et de l'encourager à poursuivre ce splendide travail.

Je n'ai pas réussi à accéder au livre d'or pour y déposer mes remerciements.

adresse du site : http://pagesperso-orange.fr/tarrano/

Bonne visite

A prestu

13.10.07

Caldane 2007

Pace e salute a tutti,


C'est devenu un rituel, tous les ans, je monte à Caldane, la montagne qui fait face au village.
Sur le post de l'année dernière relatif à cette randonnée, j'avais évoqué le rêve de dormir à Caldane........ c'est fait.

Au cours de l'hiver dernier, nous avons décidé avec Julien (mon fils de 10 ans) de passer une nuit à Caldane.

J'ai donc acheté à Décathlon la fameuse tente Quechua 2 personnes (celle qui s'ouvre en 2''), uniquement pour cette rando avec, je dois le dire un certain scepticisme sur la concrétisation de cet objectif, car les engagements de l'hiver peuvent paraître très lointains une fois l'été venu.

Lors de notre séjour au village, j'ai incité Julien à m'accompagner pour de petites ballades en montagne.....sans succès....je pensais que c'était foutu, il ne m'accompagnerait pas.

Peu importe, je décide pour une date, ce sera la nuit des étoiles filantes, la météo semble favorable.
J'interroge tout de même Juju, quasi certain d'une réponse négative ; "je monte passer une nuit à Caldane, tu viens"?

Réponse de Juju : "oui, pourquoi?"......l'air de dire pourquoi tu me poses cette question, tu connaîs la réponse depuis des mois.

Nous n'avions plus parlé depuis des semaines de cette rando, mais pour lui c'était clair, il monterait.

Le reste de l'équipe : Quentin Illouz (15ans) mon filleul et Kevin Leccia (16ans) deux habitués.
La veille du départ nous faisons un briefing et des essais pour bien répartir les poids.
Nous devons prévoir pour 4 repas, plus un 5ième en cas de problème, porter 2l d'eau par personne (sachant qu'il y a une source proche du sommet) et le matériel de couchage.

Le départ est prévu pour 8h (assez tardif mais nous avons la journée pour monter)

A l'heure dite, point de Kévin, je frappe à la porte des Leccia, Pierre le papa descend et m'informe que Kevin ne vient pas car il s'est blessé 2 jours auparavant au cours du match de foot que nous avons joué et gagné contre Valle-d'Alésani.

Patatras!....que faire......un porteur en moins et en plus le plus âgé..........le rêve de l'hiver s'efface......remettre cela à l'année prochaîne.....j'aurais un an de plus.......surtout penser à la sécurité......on fait, on fait pas?.............ok on fait.

Quentin portera la nourriture et une partie de l'eau, Julien son eau, je me chargerai de la tente, des sacs de couchage et d'une partie de l'eau.

Nous avons pris 30mn de retard, mais peu importe, on est super contents de partir, il fait beau.

Par souci de sécurité et pour ne pas inciter d'autres personnes à l'emprunter, je ne préciserai pas ici notre itinéraire.

En effet, les 2 tiers de la randonnée se font, sans sentier, souvent dans une forêt obscure, et la montée finale avant la crête n'est vraiment pas facile à trouver (merci à Quentin parti en éclaireur pour nous nous avoir ouvert le passage).

Le dénivelé est tout de même de 900m, nous avons mis 5 heures en effectuant de nombreuses pauses.

De plus, a mi-chemin, nous avons été envahi par le brouillard.
A notre arrivée au sommet, nous n'y voyons pas à 20mètres.

Après avoir avalé un casse-croûte, pendant que Quentin s'occupe à couper des fougères qui devaient nous servir de matelas, Julien se charge d'organiser la tente.

Très vite quelques gouttes commencent à tomber, nous nous abritons sous la tente, tant pis pour notre matelas, les fougères resteront à l'entrée de notre habitacle.

Nous profitons d'une éclaircie pour aller faire le plein d'eau à la source située en contrebas sur l'autre versant à 15mn.

Un berger a construit plusieurs abris à proximité du point d'eau.

De retour au camp, Quentin se charge de récupérer des branchages pour le feu du soir.

Nous sommes quelques peu frustrés car la vallée est sous les nuages, c'est magnifique lorque l'on regarde vers la mer, les couleurs se confondent, mais nous n'apercevons pas les villages...... on s'en contentera.

En soirée, un vent relativement frisqué se lève, nous allumons vite le feu bien à l'abri, pour d'une part nous réchauffer et d'autre part faire griller le pain qui nous servira pour les sandwiches.

Ensuite, nous passons la veillée à compter les étoiles filantes et à tenter d'apercevoir Ortia, en vain.

Coucher vers 23h30.
Julien se cale entre les deux autres, content d'être là,.... il y des mots qui ont été prononcé ce jour- là que tout papa rêve d'entendre d'un enfant.

La nuit a été courte et très peu confortable. Sans les fougères qui devaient faire office de matelas, le sol était bien dur et parsemé de pierres.

Petit-déjeuner composé de barres énergétiques, paté, bananes...

Vers 9 heures, nous avons eu la visite du berger. Nous pensions qu'il venait nous faire quelques remarques, car la veille, j'avais demandé à Quentin et à Julien d'éloigner du campement son troupeau de brebis (400 têtes) pour ne pas avoir la nuit perturbée par les clochettes.
Peut-être aussi parce que nous avions fait un feu?

Rien de tout cela, nous avons passé un bon moment à bavarder et il m'a appris que Caldane n'était pas Caldane.
Les Bains de Caldanes se situeraient environs à 300m en contrebas sur le versant sud (côté Bozio)
Il paraîtrait que les Romains appréciaient l'endroit.
Le Caldane actuel, celui qui est matérialisé sur les cartes, a toujours était nommé par les anciens :"verdi....." (je ne me souviens plus exactement de l'appellation prononcée par le berger), mais la traduction en français est : "endroit très vert" donc très bon pour les pâturages.

Nous avons quitté le berger vers 10h, le laissant sur sa montagne et entouré de son troupeau.
Il nous a invités à passer une nuit dans son refuge l'année prochaîne, on a bien senti un brin de nostalgie en lui, regrettant que plus personne de son village (Pianello) ne monte.

Je dois dire que j'ai une très grande admiration pour ces personnes, qui vivent en toute simplicité et sont en communion parfaite avec la nature.
Il reste 3 mois en montagne et effectue tous les jours 2h de marche pour rejoindre son troupeau.
Chapeau bas Monsieur Le Berger.

Pour le retour(4h) nous avons emprunté le sentier balisé par la Via Romana, cette course de folie organisée tous les ans en Castagniccia (départ et arrivée de Carpineto).
En 2006, la grande boucle faisait 58km et plus de 3300m de denivelé montant. Il faut voir par où passent les concurrents et concurrentes pour comprendre l'énormité de l'exploit.

Nous avons fait une pause au refuge Orticaggio, la descente a été longue pour mes pauvres genoux, merci à Quentin et Julien de m'avoir attendu.

Arrivée au col d'Arcarotta, dégustations de glaces.

"Je suis vanné, c'est la dernière fois que je monte c'est sûr", mais maintenant à la mi-octobre, je n'ai qu'une envie c'est d'y remonter.

Pour une rando dans la journée à Caldane en toute sécurité, la météo doit être favorable.

En été, partir à 6h30 du Col d'Arcarotta et emprunter le parcours de la Via Romana (sens inverse de notre trajet retour).

Je déconseille fortement aux personnes ne connaîssant pas les lieux de s'aventurer sans guide pour cette rando car il y a un risque certain de se perdre surtout à cause de la multitude des balisages oranges et roses de la Via Romana....attention de ne pas se retrouver au San Petrone!!!!






A prestu,
Philippe

17.9.07

un cadeau pour Christophe...


qu'il sache qu'on est avec lui où qu'il soit, et sa Corse aussi... fait à partir d'un cadre de bois "rustique" avec carte postale achetée cet été, petite barrière en bois pour retenir eucalyptus et autres immortelles et senteurs du maquis... et décoré façon "scrapbooking" !
Bon... assez monopolisé le blog... je laisse la parole à Jean-Yves et leurs dernières vacances !
Véro

16.9.07

alors merguez ou saucisse du pays ??

Regarde bien ce que j'ai dans la main Philippe !!
ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii une belle saucisse du village ! que nous allons faire durer jusqu'à la prochaine virée en Corse...
Nous venons, tous ensemble, de passer un très bon moment !
Vous reconnaissez tout le monde ?
Merci Philippe d'avoir créé ce blog qui provoque (en plus du reste !) des rencontres super sympas ! ça nous a rappelé nos qqs années passées avec vous à Mérignac... nous étions voisins aussi !
Décidemment partout on l'on va, on rencontre les gens d'ORTIA-TARRANO ! (c'est pourtant pas bien grand...) : Joseph Pietri à St-Laurent du Var, toi sur Bordeaux et J.Yves sur Strasbourg ! Le monde est petit dit-on !!
Nous avons bien pensé à vous. Gros bisous.
Véro and Co...

10.9.07

recette beignets au brocciu de mamy !

Actuellement parmi nous, mamy retrouve une recette dans son sac ! que faisait-elle là ? mystère... sans doute attendait-elle d'être retranscrite ici !
La voici donc :

8 CS de farine
3 jaunes d'oeuf
3 CS de sucre
Un peu de lait si besoin
Un peu d'eau de vie pour le goût supplémentaire !
Battre les blancs en neige
Ajouter le brocciu dans chaque cuillerée...
Dans une friture, jeter une bonne cuillère à café de la préparation.
Encore chauds, les rouler dans le sucre...

Hummmmmmmmmm !

Pour la petite histoire, à 4h d'aujourd'hui c'était crêpes bretonnes et cidre ! c'est bien bon aussi...

4.9.07

La source sulfureuse " u bolleru "

Bonjour à tous,

Je tenais à remercier très chaleureusement Charles Piroddi (natif de Sorbello, hameau de Tarrano) pour avoir remis au jour la source sulfureuse " u bolleru " située à proximité de Sorbello.
J'avais bien entendu parlé à de multiples reprises de cette source mais personne n'avait pu m'indiquer sa situation.
Alors, lorsque Charles et ses accompagnants ont fait savoir que, non seulement ils avaient retrouvé l'emplacement de la source, mais qu'en plus ils avaient matérialisé le chemin pour y accéder, je me suis empressé dès le lendemain de découvrir les lieux.

Il faut dire que cette source était renommée sur toute la Corse.

L'eau de la source "u bolleru" (qui signifie "qui bouillonne)" avait bon nombre de vertus ; elle les a peut-être toujours d'ailleurs.
Elle soignait le foie. Les anciens remplissaient délicatement des sortes de "bourriches" et les acheminaient à dos d'ânes jusque dans les villages.
Mais elle avait comme principale qualité de soigner les maladies de la peau.

On venait même de Sartène pour y soigner la gale. Les habitants de Saint-André de Cottone et d'Ortale, porteurs pour certains de cette maladie, appréciaient également l'endroit.
Il paraîtrait que des moines y auraient fait des cures.

Après m'être rendu sur place, j'ai décidé je rejoindre un gros ruisseau tout proche et de descendre son lit.

Cela fait bientôt un demi siècle que je viens au village et je méconnaissais totalement ce ruisseau et son affluent !!!!
Je n'ai pas été déçu, loin s'en faut.

Je suis désolé pour la qualité moyenne des photos .... mais fin de congés oblige, mon appareil photo étant saturé, j'ai du utiliser mon téléphone mobile.

Itinéraire


La source est matérialisée sur la carte par la marque bleue

Deux itinéraires au choix ; par Bonicardo ou par Sorbello.

Je décris ici uniquement le parcours en partant d'Ortia. Compter environ 45mn.

Descendre à Poggiale par le chemin traditionnel qui débute sous la place de l'église. Attention, comme je l'ai précisé dans un post précédent, le chemin n'est plus entretenu, il n'est donc pas évident de se repérer.

Passer Poggiale et suivre la piste jusqu'à Sorbello.

A l'entrée du hameau, prendre à gauche, suivre le chemin. Après quelques dizaines de mètres débute sur la gauche le chemin pour Sainte Marie de Tarrano ; ne pas le prendre et poursuivre pendant 5mn jusqu'à un sentier bien dégagé. Prendre à droite, passer une source (sur votre droite) et continuer pendant 10mn . Le sentier qui mène au "bolleru" a été matérialisé par Charles Piroddi par des restes d'un pull rouge attachés aux branchages.

Passer un premier ruissellement, poursuivre 5mn pour arriver à la source.Charles et ses collègues ont commencé à dégager l'endroit, mais il se peut que la nature reprenne rapidement possession de son domaine, le chemin s'en trouvera par conséquent plus délicat.




u bolleru

L'eau sulfureuse arrive discrètement du sol.

Percevant le ruissellement d'un cours d'eau, j'ai décidé de poursuivre (5mn) jusqu'à celui-ci. J'en descends le lit, il y de nombreuses arrivées d'eaux sulfureuses et ferrugineuses.

Je poursuis et arrive (20mn) au confluent avec la rivière "Le Russo"; c'est superbe, le cours d'eau est bien dégagé sur les côtés.

Enchanté par la nature, je continue et découvre 20 mn plus tard ce que je me permets de nommer"les gorges du russo".Ce ruisseau porte bien son nom. Les parois des gorges sont d'un rouge vif sanguinolent, à croire que les Giovanalli se sont tous fait exterminer en ces lieux.C'est magique, étrange, il y a des piscines naturelles et dire qu'il m'aura fallu près d'un demi siècle pour découvrir cette curiosité.





Par ici, je recommande la prudence.
J'ai dû à plusieurs reprises me mouiller jusqu'aux cuisses.
Le village n'ayant pas reçu d'eau pendant de longues semaines, le cheminement a été aisé.
Par fortes précipitations ce parcours doit être dangereux.

J'ai poursuivi (20mn) jusqu'au chemin qui mène aux sources ferrugineuses de Pardina.
Le passage de ce sentier se fait sur la rivière, il y une source ferrugineuse sur la droite quelques mètres avant le chemin.

Prendre celui-ci sur la droite, ensuite c'est une piste. La prendre jusqu'à un panneau "Sorbello"; prendre ce sentier, il est balisé en orange.
Attention, après quelques minutes le sentier se partage en deux.Il faut prendre celui de droite balisé en orange; il est ensuite très bien nettoyé et très sympa.En fait, il remonte la rivière.

Après 15 mn, on retombe sur les balises rouges de Charles, il restera à remonter sur Sorbello, Poghjale et Ortia.

Petits conseils.

Prévoir la ballade une belle journée d'été avec pique-nique, maillots de bains, bonnes chaussures de marche et chaussures d'eau.
Consulter la météo, surtout pas d'orage.
Ballade à l'ombre sur sa totalité.

Bonne ballade
A venir :
Caldane 2007
Ochiu di Busso 2007
La ballade collégiale de la commune 2007
Les plages de l'été 2007

A prestu

Philippe

CARTON ROUGE A CORSICA FERRIES



Bonjour à tous,


Gros coup de colère envers Corsica Ferries.
Je m'étais pourtant juré de ne plus manger sur leur bateau.
Mais, en descendant du village pour embarquer à Bastia, nous sommes allés saluer ma tante Bernadette Réginensi.
Ensuite, pris par le temps, nous n'avons pas pu nous restaurer en ville.

Mal nous en a pris. En avant pour le self-service .....

Déjà, contrairement à la SNCM, il n'y a pas d'indication sur les plats en tête de linéaire.Vous découvrez ce que vous pouvez avaler après 30 minutes de queue.
On vous présente 2 desserts, la fameuse escalope Milanaise, du rôti de porc et des assiettes de pâtes !!!!
Même pas une viande rouge.
Il paraît que les Italiens sont les spécialistes des pâtes.

Je vous laisse apprécier (photo) l'assiette de pâtes à laquelle vous avez droit pour 6.95€.

Ayant quelques petites notions de gestion en matière de restauration, je peux affirmer que le coût-matières de cette assiette est inférieur à 30 centimes d'Euro.

Bien entendu, je n'ai pas pu m'empêcher "de me faire remarquer" et lorsque le bellâtre italien me certifiait "no problémo, l'assiette on va plus vous la remplir", je n'avais qu'une envie, c'était de la lui envoyer à travers la figure.Et comme, plus il me souriait, plus il me chatouillait , j'ai élevé la voix en dénonçant fortement ce scandale devant la centaine de vacanciers grugée.

Ces derniers, parce qu'ils ne disaient rien, devaient se contenter de leur mini- ration, et moi on m'aurait presque proposé la marmitte.

J'ai refusé leur double ration, et je n'ai rien pris.

L'italien a fini de sourire, nos visages se sont rapprochés, ses collègues aussi ; jugeant la partie inégale, je me suis retiré et je me suis fais gronder par ma bien aimée qui pensait que j'allais me faire bastonner.

Une chose aussi : sur Corsica Ferries il n'y a pas de fontaine d'eau, il faut acheter l'eau en bouteilles......alors un conseil, apportez votre eau du village ou une bonne Orezza.

Pour finir, il faudrait que les italiens arrêtent de nous polluer avec leurs autocollants jaunes Corsica Ferries qu'ils placardent sur nos voitures sans notre autorisation.Ceci est totalement interdit.Est-ce que nous, on colle des autocollants d' Ortia sur leurs bateaux?

Pour être honnête, il faut reconnaître certaines qualités à Corsica Ferries ;

La qualité des installations en cabine sur le Méga Express for, est au moins égale à celle du Napoléon Bonaparte et du Danielle Casanova de la SNCM.
Des tarifs souvent plus avantageux que la SNCM.

Rapidité des embarquements et des débarquements. Il est vrai que ceux-ci se sont quelque peu améliorés si on les compare à la photo ci-dessous.


Juin 1964, embarquement pour la Corse de la dauphine de Roger Bourée mon grand-père paternel


Pace e salute


Philippe

1.9.07

Une tite daube pour la rentrée... ça vous dirait ?

Alors c'est parti !

Pour 2 kgs (ben oui... avec des amis faut bien ça !) de boeuf dans le gîte à la noix ou paleron,
200 grs de lard,
1 oignon,
qqs gousses d'ail,
2 feuilles laurier,
2 clous de girofle (piqué dans les morceaux d'oignon),
1 bouteille de bon vin rouge,
huile d'olive, sel et poivre

Couper la viande en morceaux (env 5cm)
Dans une marmite, faire revenir l'oignon coupé en 4, ainsi que le lard dans l'huile d'olive,
Ajouter la viande, faire revenir un peu, puis mouiller avec le vin rouge (soit la bouteille, soit la moitié et la moitié d'eau),
Mettez également l'ail, le laurier, sel et poivre
Couvrir la marmite et faire cuire à feux doux 4 ou 5 heures en vérifiant qu'il y ait toujours assez de liquide, sinon rectifier en cours de cuisson.
Servir chaud avec des gnocchis ou pâtes "trouées" !
Bon Appétit et bonne rentrée à tous.
(On peut aussi faire à la cocotte minute si on est pressé, on réduit le temps de moitié, voire 1h30)

Il y a possibilité de faire mariner la viande dans le vin rouge et aromates de la veille au lendemain. On peut également ajouter à la préparation deux tomates écrasées, quelques rondelles de carottes ou des olives noires.

Philippe, on veut les photos du village cet été ! les photos ! les photos ! les photos !!

25.8.07

Bonne rentrée

Pace e salute a tutti,

Nous voilà de retour après plus d'un mois en Corse dont 2 semaines à Ortia- Tarrano.

Je souhaîte tout d'abord avoir une pensée pour Marie-Thérèse Piroddi qui nous a quittés dernièrement.

Je tenais à remercier très chaleuresement tous celles et ceux qui m'ont apporté leur témoignage de sympathie concernant la création du site.

J'avais bien constaté un nombre de connexions surprenant (plus de 20 visiteurs certains jours) pour un hameau avec deux résidents à l'année.
Cet espace alimente également les conversations des personnes qui ne l'ont pas visité (parce que internet ce n'est pas leur truc) mais en on entendu parler.
C'est à travers ces témoignages que l'on peut constater combien les gens sont attachés au village.

J'invite à nouveau, tous ceux et celles qui le souhaitent, à devenir membre du site, pour le faire vivre et l'animer.
Contactez-moi sur ma bal pbouree@wanadoo.fr pour connaître la marche à suivre.
En étant membre vous aurez tout loisir de déposer vos sujets et photos.
Cet espace n'est pas ma propriété, je n'en suis que le créateur.
Il doit être un lieu de rencontres, d'échanges, et pourquoi pas la mémoire collective du village en respect de nos aïeux.
C'est pour cela que nous ne devons pas nous passer de certains témoignages comme ceux de Jean Antoni, Dominique Gabrielli, Jeannot Maurizi, Charles Piroddi et bien d'autres...
Je ne citerais qu'un exemple qui me semble être important pour la mémoire collective de la commune:

Depuis des années, j'entendais parler de la présence d'une source sulfureuse à Sorbello (hameau de Tarrano), sans jamais l'avoir (comme d'autres personnes) retrouvée.
Il y a quelques jours, Charles Piroddi (natif de Sorbello) a recherché la source, et l'a mise au jour.
Merci mille fois Charles, car sans toi cette source aurait peut-être été oubliée à jamais.
Grâce à toi, elle va renaître ainsi que les histoires s'y rapportant.
D'ici peu, je déposerai sur le site, l'itinéraire d'accés à la source appelée le "bolleru" (qui boue) et les photos .

Nous devons tous avoir dans nos familles ce genre de témoignage, ainsi que des photos anciennes du village.
Alors, interrogeons, questionnons, et divulguons ce que nous pouvons sauver de la mémoire de la commune.

C'est pour cela que j'invite les familles suivantes et toutes les autres à participer à l'animation du site.
Angeli, Antoni, Bondi, Catani, Concessa, Chadefaux, Domarchi, Filippi, Gabrielli, Maurizi, Orsini, Pietri, Piroddi, Réginensi, Santucci, Vitani,.....

Nous pouvons également entreprendre des actions communes.
Par exemple, avec Jeannot Maurizi, nous avons évoqué la possibilité de rouvrir en bande le sentier Ortia-Zucarellu. Cela pourrait être sympa.

En ce lendemain de Saint Barthélémy, je voulais terminer par cette remarque de ma cousine Michèle (nèe Piroddi), faîte un 24 août dans les années 80 alors que nous montions pour la messe :
"Il doit y avoir un énorme aimant sous ces montagnes pour que nous soyions tant attirés par nos villages".

A prestu

Philippe

19.8.07

Salut à tous !

Nous voici de retour à Stras (ce matin dimanche 19 avec le direct) et on ne s'est point vus...
Désolée de s'être ratés cette année, vous êtes arrivés plus tard que d'hab au village et nous, nous sommes partis plus tôt de Corse. Cette dernière semaine a été consacrée au "vidage" et "ménage" à donf de notre maison que nous avons louée.
Beaucoup de travail mais nous sommes contents du résultat c'est l'essentiel ! Quand vous verrez ce message je pense que vous serez de retour à Mérignac, je vous souhaite donc une bonne rentrée à tous. Pensée particulière "aux Pietri" que vous avez bien dû rencontrer sur la murette ! Bisous. Véro

1.7.07

Jean Antoine Réginensi ; l'aviateur

Bonjour à toutes et à tous,

Des documents et photos transmis par Dominique Auguste et Christophe Alessandrini ont été ajoutés à l'article concernant notre cousin, l'aviateur Jean Antoine Réginensi.
Cet article est consultable sur le site à des pages précédentes.

Pace e salute

Philippe

4.6.07

Devinette : où se situe ce pont?

Bonjour,



Ci-dessous, la photo (08-06) d'un pont de Castagniccia et la photo d'un tableau du même pont, réalisée par ma maman Françoise Bourée (née Réginensi).

J'offre un verre d'Orezza à qui situera ce pont en premier!!!

L'indice est dans les trois lignes précédentes.

Amusez-vous bien.



A prestu



Philippe
Posted by Picasa
Posted by Picasa

29.5.07

Encore des photos...




Photo du haut : Pascal, François-Xavier, Alexandre, Clémentine, Thomas, Gilles, Jules-Louis, Marie, Dom Philippe, Imelda, Aurélien, Lauren, Quentin.
Photo du bas : Marie, Pascal, Alexandre, François-Xavier(?), Clémentine, Pascale, Jules-Louis, Sébastien, Marie-France, Andrea
Voici 2 photos de la fête du 15 août en 1994 à St Vitus et une photo des enfants du village en 1992.

Est-ce que les travaux de St Vitus seront finis cet été et pourra-t'on y fêter à nouveau la Ste Marie?

A bientôt

Jean-Yves